• Accueil

     

    sur cette page vous trouverez des nouveautés ( ou selon l'humeur des plus anciens textes.. )

    n'hesitez pas à consulter les autres textes dans les "rubriques" car il peut y avoir ..aussi des nouveautés 

  •  

     

     

     

    Il était venu s'assoir près de moi, sur le banc au bord du quai, m'avait taxé d'une clope, s'était mis à parler.. du bel été indien, de la mer, des bateaux. Tiens m'avait il dit, je dors sur celui là, tu vois le noir, il est à un pote qui m'héberge de temps en temps. Il  rit. Se raconte, oui j'étais maçon, mais ça fait longtemps.. 

    longtemps ? il est tout jeune.

    Il plaisante avec les passants, je ris.

    Peux plus rentrer chez mes parents, ma mère m'a mis dehors, tu sais je suis con parfois. Pourtant je les aime et il pleure comme un enfant qu'il est encore. Il pleure et rêve d'un ailleurs, là- bas… 

    Je lui dit que je dois partir, nous nous serrons la main et il me dit  fièrement : je m'appelle Anthony M. , au revoir.

     

    ..

     

    Franck, lui, est venu toquer à la portière du camion et nous a demandé s'il pouvait nous acheter une tasse de café. 

    J'ai préparer le café, sorti les Spéculos, posé un carton comme table basse devant les chaises de camping. Il s'est assis sur son sac à dos, et m'a taxé une clope. 

    Moi, je suis un routard depuis 25 ans, mais à la campagne, hein parce que les villes non merci ! 

    Besoin de rien, une belle grange, de la paille c'est royal ! ou une maison en construction,pas mal non plus. Je bosse un peu chez Emmaüs si j'ai besoin de fric. Là j'ai fait trois jours au centre d'accueil, ça requinque, mais je me suis gavé de télé ! 

    Depuis si longtemps, c'est donc un choix ? lui demandais je . 

    Le "Non" est venu des tripes, brutal et vigoureux. Non, j'ai pas choisi,mon père m'a jeté à la rue quand j'avais vingt ans, le vilain petit canard, mes frères et soeurs ont tous des situations.. C'est pas un choix… mais j'y pense depuis un moment, j'aimerais les revoir… mais je ne sais pas comment ..comment faire …

    Je dois partir dit il, nous a serré la main et a repris sa route. 

     

    ..

     

    On va se revoir, n'est ce pas ? avait il dit.

    Oui, bien sûr. avais je menti devant tant de désespérance dans son regard bleu ciel.

     

    ..

     

    Yvette Aroca-Lehre   

     

    2016


    1 commentaire
  •  

    Comme des myriades d'étoiles,

    dans le rai de soleil

    elles dansent,

    virevoltent.

     

    infimes

     

     

    Où es tu mon amie,

    Où êtes vous mes chers ?

     

     

    elles tournoient

    et s'envolent

    dans le trait de lumière

     

    quelques grains de poussière…

     

     

     

     

    Ristretto . Avril 2016

     

    (Yvette Aroca-Lehre) 


    4 commentaires
  • En ce jour de Saint Valentin

    nos coeurs se parlent en silence.

    Même s'il fut long le chemin,

    en ce jour de Saint Valentin,

    nos coeurs regardent vers demain.

    L'amour est une providence.

    En ce jour de Saint Valentin

    nos coeurs se parlent en silence.

     

     

     

     

    Yvette Aroca Lehre 

     

    jeu sur TEMPS PESTIF février 2015


    votre commentaire
  •  

    Par delà les toits gris de la ville qui dort,

    au plus noir de la nuit, il cherche, cherche encore

    l'indicible lueur, l'indefectible chant 

    et  n'entend que son coeur en ce temps de l'avent.

     

     

     

     

    Le Blocheville : jeu sur Temps Pestif 


    votre commentaire
  • 13

    sombre mois de novembre

    au sol

    feuilles rouge sang 

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique