• Finitude

     

    Je ne verrai jamais les aurores boréales, ni le blanc Taj Mahal.

    Je ne saurai jamais le vent à Vancouver, ni celui du désert.

    Je ne prendrai jamais la route de la soie, ni celle d'Oklahoma.

     

     

                                     Et courent les chevaux des plaines de Mongolie...

     

     

     

    Juste au coin de ma rue j'irai d'un pas tranquille.

    L'eau-blues du ruisseau chante les amours mortes

    A la lune désinvolte qui rit et se maquille

    Pour les futurs amants que le vent lui apporte.

     

     

     

                                      Et demeurent les tombeaux Phrygiens d'Anatolie...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Au grain du quotidienThéâtre privé »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :