• Octobre



    Octobre comme un fantôme

    nous laisse dépités.

                                                        revenir en arrière, dérouler, desserrer...

     

    La frange des souvenirs

    se délite, s'effrite.

    Octobre comme une pause,

    un entre deux

    un écran de fumée.


    Octobre vagabond se murmure à la lune.

     



     


    « Chez le voisinJe sais »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Brestine
    Mardi 1er Novembre 2011 à 10:34

    Je me crus morte comme un poivron délaissé.

    Je n'étais pas une lettre anodine.

    Le soleil court et réapparaît.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :