• Tu dis que je ne sais..

    Car mes silences en digue

     

    je sais ....

     

    Le caillou qui roule de la sente est là depuis mille ans, 

    Il attendait son tour.

    Dessinant le chemin au pied de la colline, les pétillants genêts sont lumières pour nos pas.

     

    Mais tu sais, si je me souviens du parfum du jasmin, 

    ...je peux pleurer soudain..

     

    Et puis les yeux fermés, je survole les champs de rouges coquelicots aux robes de crépon. 

    Une goutte vermillon pour chaque âme innocente.

     

    À l’aube quand les oiseaux grignotent le silence, surtout ne pas bouger.

     

     Je sais aussi que Les eaux turquoises du ruisseau,

    murmurent des berceuses depuis la nuit des temps.  

     

    Les lagons sont mémoire..

     

     

    L’hier, bien trop amer, s’est noyé dans l’eau claire.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • un grand merci à Florence Robert, pour sa bienveillance et son aide 

     

     

    « Or que le vent discret fait chuchoter les chênes 

    Et que le soleil soûle, aux clairières prochaines, 

    Vipères et lézards endormis dans le thym, 

    Couché sur le sol sec, je pense au temps lointain. »

    extrait de «  Le coffret de Santal » Charles Cros 

     

     

     


     

     Pierre - muette espionne -

     mémoire du gouffre du temps,

                     attend sous la lune.

     

     

     

     

    C’est son pays et celui de ses ancêtres.

    Un pays de cailloux et de garrigues.

     

    Un rien qui vaille.

     

    Sauf pour ceux qui apprennent à le lire dans les feuillets du schiste,

    il est de ceux-là.

    Vivre et travailler au pays, cela avait un sens pour lui. 

    Un combat même.

    Mais depuis ce matin de janvier où dans la brume hivernale il l’avait  vue pour la première fois, l’amertume l’habitait un peu plus chaque jour.

     

    Pour l’évaluer, la comprendre, il était revenu encore et encore ..

    Maintenant, elle avait chamboulé sa vie.

    Comme une lèvre dans la pierre grise, la faille lui souriait moqueuse.

     

    Aujourd’hui c’est un jour sans pluie. Il faut le noter car le début de printemps a été gris.

    Gris pâle, gris souris, gris tombal.

    Les nuages s’étaient donné le mot pour rester agglutinés, bouffis, grimaçant sur toutes les crêtes.

    Monstres mutant, ils avaient comme un seul homme pissé la pluie, sans retenue, des jours entiers.

     

    Demain sera jour de fête, tous les habitants du village descendront à la rivière.

     

    Ils pêcheront les écrevisses - ils connaissent tous les coins.

    Sur le schiste mauve, les pique-niques seront partagés.

    Les vieilles femmes iront par le chemin cueillir le thym et la menthe.

    Les plus jeunes, tout éclaboussés d’eau claire et de rires, captureront des têtards ou feront des batailles d’eau..

     

    Les filles s’éloigneront sur l’îlot, 

    et dans le parfum des genêts parleront d’histoires de filles comme toujours..

     

     

     Cils au noir rimmel

     regards d’amours éphémères,

     le coquelicot

     

    Mais pour l’instant, il part.

    Il part pour se consoler, ou s’enivrer et ne plus y penser.

     

    Dans le hameau encore ensommeillé, seuls ses pas résonnent sur la petite route.

    Après la forge, il prend le chemin qui mène à la chapelle.

     

    Chemin bleu de schiste

     

    Il marche d’un bon pas.

    Maintenant, ses muscles sont chauds.

    Il aime cette heure où le soleil est encore doux - tout en caresses.

    Il ne porte pas son regard trop loin, juste devant lui pour assurer ses pas.

    il ne se lasse pas des coquelicots,

    Leurs jupes de crépon rouge se balancent au vent, tanguent et se courbent avec sensualité.

     

    Attentif,  il écoute :

    Les bruissements du maquis,

    les trilles, les gazouillis,

    les berceuses et les contes qui se murmurent, se transmettent par les rus et les sources, depuis la nuit des temps.

    le coucou qui répond à l’église,

    et déjà il distingue le sifflement des éoliennes.

     

    Au loin, quelqu’un fredonne une ancienne ritournelle,

    un chant parmi les chants.

     

    Les battements de son coeur rythment sa marche.

    Tout s’assemble en harmonie et le hisse vers la crête.

     

     

        Sous ses pas,

     dans la sente entre les cystes,

     chanson de pierres.

     


     

    La chapelle est à l’abri sous son armée de roches grises hérissées d’éoliennes.

     

    Moulins sans grain.

     

    Il grimpe vers elles. Au sommet, pour lui seul, 

    sous ses yeux : la part du roi. 

    Pour lui seul la beauté de son pays aux premières heures du jour.

     

    Son pays tout plissé, tout ridé,

    Sa caillasse chauffée à blanc quand sonne midi,

    Aussi cette colline boisée, un seul feuillage ou un millier…un feuillage qui bruisse, murmure, crisse et craque.

    Un feuillage qui siffle ou ulule 

    Vers l’ouest, un rang de pierres blanches traverse le versant, le mont aux dents de loups - trophées de la sorcière de Ségure.

    Du côté de chez Robert, il entend le berger appeler son troupeau.

    Un petit toit rouge avec un filet de fumée : c’est chez Géraldine, presque centenaire, accrochée à son coteau.

    Vers le sud, les vignes et leur promesses de fêtes.

     

    Ici, il aime les pierres et les gens.

    Ici, tout vit vaillamment.

    Ici s’apprend dans la lenteur.

     

    De l’infinitésimal aux grands espaces des aigles, beauté comme bonté.

    Encore, mais pour combien de temps ?

     

     

    Il tremble de peur, de rage, 

    il tremble et n’arrive plus à pleurer,

    car il sait et n’y peut rien. 

     

    Plus rien.

     

    Car cela arrivera.

     

    La faille est là, béante qui attend son heure.

     

    Mais ce jour là, il ne sera plus de ce monde depuis longtemps.

    Des années ou un siècle.

    Il le sait.

     

    Pourtant, après demain, après la fête,

    il reprendra son poste de travail, ici au pays,

    et enfouira ces barils de déchets nucléaires.

     

     

     

     

     

    Yvette Aroca-Lehre

    Juin 2d018.

    Hameau de Segure, Tuchan, Corbières. France

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     

    Eglise Sainte Croix

    De l’obscur à la lumière 

    Soleil d’avril

     

    ..

     

    Chant de la Laïta

    bleu,bleu,bleu

    le ciel ! 

     

    ..

     

    Printemps à Quimperlé 

    Sur les devantures closes

    l’art Fleurit

     

    ...


    votre commentaire
  • Alors 

    Ce serait un soir,

                            Un jeudi, peut-être…

    Un début de printemps – jonquille sur terre noire –

    Et ce serait comme un premier orage dans le désert,

    Comme si la terre sèche de nos cœurs appelait la pluie,

    Et que nos mains tremblantes espéraient la force de l’éclair.

                            Dans un amas de cendres, voir fleurir les roses.

                            Franchir les pierres en chaos jusqu’au bout de la brume.

    Nous serions là, attentifs,

    En alerte,

    Comme si nous attendions que le soleil couchant fasse une pirouette.

    Alors,

    Faire table rase ! Table rase !

    Jeter au feu ce qui plombe nos pieds !

    Bruler l’avant,

    Vider l’hier et l’avant hier !

    Epurer !

    Se réveiller, ré-activer !

    Désengluer !!

    Alors,

    Partir sans rien

    Dénués

    Juste ensemble

    Et vivants…

     

         Yvette Aroca-Lehre

         Mars 2018

     

         

     


    votre commentaire
  • Camino Primitivo 2

     

     

     

    Plus  d’école ni d’enfants

    L’horloge de l’église 

    est restée aux quatre-heures.

     

     

     

     

    L’horloge de l’église est restée à l’heure des goûters, à l’heure des enfants..

    Leurs rires, ou bien leurs pleurs, viennent ils toquer aux dalles noires des tombes des aïeux ? 

     

    Le temps est suspendu,

    et les gens d’ici sont restés eux aussi à l’heure d’humanité.

     

    L’enfant est encore là dans l’oeil qui pétille du patron de l’auberge.

    Et souriant, il fume son havane  assis devant la pancarte « Prohibido fumar »

     

    Yvette

    San Vicente de Burgo 

    Lugo - Galice 

     

    Samedi 23 septembre 2017


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires